AI Content Chat (Beta) logo

Baromètre

ème 23 édition BAROMÈTRE AmCham-Bain 2023 Le moral des investisseurs américains en France

Baromètre - Page 2

Sommaire I Avant-propos 4 2 23 ans d’attractivité de la France auprès 6 des investisseurs américains 3 Baromètre 2023 sur le moral des investisseurs 8 américains en France | Les 6 chiffres à retenir de cette 23ème édition 8 Projections 10 Perspectives des investisseurs américains en France | L’évolution attendue du contexte économique est moins favorable 11 que les années précédentes | Le niveau d’emploi reste majoritairement stable 12 | La France renforce ses atouts aux yeux des maisons-mères américaines 12 Perceptions 14 La France et ses régions vues par les investisseurs américains | L’attractivité de la France pour les investisseurs 15 | L’attractivité de la France pour les personnes physiques 21 | Capacité d’innovation et esprit entrepreneurial 23 | Pool de talents 25 | Transition énergétique 28 | Impact des turbulences mondiales 30 | Contexte politique national et régional 31 4 Recommandations de l’AmCham France 36 5 Méthodologie et profil des investisseurs américains 40 interrogés 6 À propos de l’AmCham France et de Bain & Company 42 ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 3

Baromètre - Page 3

Avant-propos Après deux années de crise sanitaire mondiale, ses pays voisins. Concernant leurs effectifs, et alors que la gestion du Covid-19 semble 56% des répondants estiment que le nombre entrer dans une phase de maturité, l’Europe se de collaborateurs restera à l’équilibre dans trouve à nouveau plongée dans de très fortes les 2-3 prochaines années, indiquant un niveau turbulences : guerre en Ukraine, pénurie de d’embauche stable malgré les inquiétudes semi-conducteurs, inflation galopante, hausse mentionnées plus haut. Cela s’explique des prix de l’énergie, fortes tensions sur le notamment par des politiques de recrutement marché du travail … Les résultats du Baromètre plutôt conservatrices dans un contexte 2023 mettent en évidence l’inconfort et économique incertain. l’incertitude dans lesquels se trouvent les Le pays reste également attractif pour les investisseurs américains. Pour preuve, seuls collaborateurs étrangers, avec un NPS de 17% 22% d’entre eux estiment que l’évolution du (+3 points par rapport à 2021), plus haut niveau contexte économique sera positive dans les 2 atteint en 5 ans. La qualité de vie, l’accès à 3 années à venir, contre 74% en 2021, lors de aux services de santé, les infrastructures la reprise économique post-Covid. de transport et de communication sont Si les turbulences économiques et géo- particulièrement appréciés. Côté investisseurs, politiques expliquent en partie les craintes des l’environnement culturel, la situation investisseurs, ce sont avant tout les faiblesses géographique, la qualité des infrastructures et historiques de la France, comme le coût de la main-d’œuvre sont fortement plébiscités. global de la main-d’œuvre, les procédures de A cela s’ajoute aussi la capacité d’innovation licenciement, la législation sociale, et enfin la et de recherche, la valeur de l’écosystème complexité des procédures administratives, d’innovation français étant reconnue à plus de qui sont mises en avant cette année par nos 80% depuis deux ans. répondants. Elles ne sont que partiellement Les efforts du gouvernement en matière de compensées par la grande qualité de notre transition écologique ne passent pas non plus système de formation professionnelle et de inaperçus et sont de mieux en mieux reçus : notre main-d’œuvre, largement plébiscitée par 60% des investisseurs considèrent qu’ils ont un les investisseurs. impact positif sur l’attractivité du pays, soit 8 Cela étant dit, les indicateurs macroéco- points de plus qu’en 2021. L’accélération de la nomiques semblent tenir, et la France reste un production en énergies renouvelables arrive territoire attractif aux yeux des investisseurs. en seconde place des réformes prioritaires Le score NPS* actuel de l’implantation en à mener pendant le second quinquennat, France d’une entreprise américaine se maintient soulignant ainsi l’importance croissante de la au-dessus du niveau moyen des années transition énergétique pour les investissements. précédentes, avec le plus haut niveau de Le pays apparaît par ailleurs plutôt résilient par prescripteurs depuis 2017 (hormis le pic post- rapport aux autres pays d’Europe confrontés reprise de 2021), témoignant de la confiance aux mêmes enjeux d’inflation et de hausse portée dans la France en comparaison avec des prix de l’énergie. Les deux tiers des SM *Net Promoter® est une marque déposée par Bain & Company, Inc., Fred Reichheld et Satmetrix Systems, Inc. Le Net Promoter Score (NPS®) mesure la propension à recommander un pays, une entreprise ou un produit à travers une unique question : « recommanderiez-vous ce pays, ce produit ou cette entreprise à vos amis ou à vos collègues ? ». Les répondants attribuent en réponse une note de 0 à 10 qui permet de les classer en trois catégories : les prescripteurs (9-10), les neutres (7-8) et les détracteurs (6 et moins). Le NPS® correspond à la différence entre les pourcentages de « prescripteurs » et de « détracteurs ». ème 4 23 édition Baromètre AmCham-Bain

investissements ont été soit positivement 3. Accélérer la réindustrialisation de la impactés, soit non impactés par l’inflation et la France en particulier sur les marchés du hausse des prix de l’énergie en France. En outre, numérique, de l’énergie et de la R&D, qui plus de la moitié des investisseurs ont déjà représentent de forts potentiels d’activités commencé à compenser les hausses de coûts pour les investisseurs américains ; survenues en 2022, par exemple au travers 4. Promouvoir davantage l’attractivité des de plans d’efficacité ou de répercussions de régions et des métropoles ; l’inflation aux clients. Les mois à venir seront décisifs : la gestion de 5. Poursuivre et accélérer le chantier de l’inflation ou les nouvelles réformes sociales simplification administrative, afin de comme celles des retraites ou de l’assurance ramener la France à un niveau de chômage auront d’importantes conséquences compétitivité équivalent à celui de ses sur la façon dont les investisseurs perçoivent voisins européens. le pays et la solidité de son modèle en temps de crise. Le niveau d’inquiétude autour de la dette publique était croissant en 2022, avec 67% des investisseurs inquiets ou très inquiets (+5 points par rapport à 2021), et les prochaines Bijan Eghbal initiatives du gouvernement seront suivies Associé chez DLA Piper de près. Président de l’AmCham France Dans ce contexte chahuté, l’AmCham Marc-André Kamel continuera de s’engager auprès des pouvoirs Associé Senior chez Bain & Company publics et de la société civile afin de renforcer Vice-Président de l’AmCham France et de promouvoir toujours plus l’attractivité de la France. C’est en ce sens qu’elle formule les 5 recomman- dations suivantes : 1. Repenser dans le temps et dans leurs ambitions les filières d’éducation et de formation du pays, tout en promouvant la complémentarité des générations et l’égalité des accès à certains métiers ; 2. Persévérer dans la mise en œuvre de réformes économiques et sociales ambitieuses ; ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 5

23 ans d’attractivité de la France auprès des investisseurs américains Après  années Premier baromètre ­ des sociétés n’ont La France fait face Les diriƒeants de ‰—% des investisseurs marŠuées par la Forte baisse du moral des €n 20‡Š† Œa France reste n ort vent d’otimisme Œa andémie de la u sortir du œovid† AmCham-Bain annuel pas créé d’emplois à une concurrence de filiales d’entreprises considèrent que l’élection crise financière investisseurs américains en France eu attractive ace au Ž† des investisseurs œovid“‡9 enra’e le monde est raé ar suite à l’application de plus en plus mondiale américaines en France du ‘résident ˜ar™oš’ aura mondiale‹ les lors de l’élection uis durant le l’ llema­ne ou les méricains accoma­ne l’économie mondiale. une crise économique† sur l’attractivité investisseurs sont mandat de François ollande ‘a’s“”as. l’élection d’€mmanuel Ÿéanmoins† le ”aromètre avec des niveaux d’inžlation française auprès la loi sur les ‚ heures notamment de la part craiƒnent l’impact un imact ositi sur plus optimistes sur des investisseurs de l’…urope de l’…st et néƒatif de la détério- l’investissement étran­er le conte„te Œe contexte économique et ‚acron 202‡ enre­istre une record. Œes investisseurs américains Les sociétés de l’Asie ration des relations en France économiŠue €n 20‡2† ˆ‰Š% des diri­eants social† le coût et la amélioration si­nižicative sont inquiets our l’avenir américaines franco-américaines interro­és ensent que les qualification de la ne conƒoncture du moral des mais la France eut La France compte perçoivent Les handicaps tradition- L’attractivité de mesures annoncées sur la main“d’œuvre et le ré­ime économique investisseurs se baser sur de solides 1  sociétés l’environnement nels de la France restent ‰euls ‚­ des €ffondrement du moral la France est fiscalité et la rè­lementation fiscal restent les critères les et sociale troublée à ondamentaux our américaines français comme étant les mêmes ‡ orƒanisation investisseurs américains des investisseurs cependant en recul énaliseront l’attractivité lus imortants dans la ’ aire ace ƒlobalement favorable riƒide anticipent une américains sur avec  ­ Œ1Ž et de la France décision d’investir l’éc…elle mondiale† avec   l’évolution du contexte  ­ Œ11Ž des euroéenne et emplois directs au„ nouvelles du travail et fiscalité amélioration du conte„te investisseurs qui la rançaise reine et 1   technoloƒies désavantaƒeuse économiŠue économique considère comme l’otimisme des emplois indirects “bonne” ou investisseurs “excellente” (vs. 66% en 2009) LE MORAL DES INVESTISSEURS AMÉRICAINS EN FRANCE* 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 La loi “Aubry”, Instauration €le‚tion ˆéorme du ermeture Rejet de la “aniestation €le‚tion “ort du La ran‚e re˜oint Grèves contre La France ‚lection de „aniestations u‡mentation Les attentats ttentats ‚lection Le mouvement ’écès de Le ‡ouvernement ‚ntrée en Emmanuel Macron ixe la durée de la prime de ƒa‚„ues s‰stème des de la dernière …onstitution ‚ontre la CPE de Nicolas dernier poilu le ‚ommande• une réorme assure la François en lien avec de la TVA secouent la à Nice lors d’Emmanuel des Gilets Jacques annonce une série vi‡eur du pass est réélu Président légale du pour l’emploi …hira‚† retraites des mine de €uropéenne Sarkozy rançais de ment intégré des retraites présidence Hollande la loi ouvrant en France France du 1• –uillet Macron Jaunes Chirac de mesures pour sanitaire le 9 de la République travail à 35h (in en 205) e on‚tionnaires charbon le maria‡e ‰de 19,6% €lu au 2 par réérendum Interdiction la —rande de l’OTAN entre tournante empoisonne lutter contre –uin par semaine tour ‚ontre (de 3‹ ans Œ2 rançaise en ran‚e de fumer —uerre eptembre et du G8 “„on ennemi pour tous à 20% et de Œréation du ~50 taxes durablement Notre-Dame la pandémie (entreprises> in du le ‚andidat de ‚otisation en “oselle dans les lieux La France ctobre 2010 c’est la …inance” Š% à 10%‹ CICE et supprŽ créées depuis le climat social de Paris en « ™uoi™u’il en La loi « Climat 20 salariés) service d’extrême à Ž0 ans) ”é ut à …li‚h‰ publics en compte plus rrestation u‡mentation Les entrepreneurs de la “taxe 2010 pour …lammes coûte »Ž Le paœs et Résilience » Hausse record des militaire droite entraînant de •sous•–ois des France de 32 millions de Dominique des taxes protestent sur les ‘auts 9 supprimées s’adapte au est votée en prix de l’énergie ortes grèves violen‚es dans d’internautes Strauss- bancaires en ormant le revenus” con…inement et au oût Crash du les anlieues Kahn à ­€ “mouvement des couvre eu L’inlation atteint Œoncorde, L’explosion de rançaises Le chômage ˆi‡eons” Les ima‡es du ’“” Conilt social 6,2% en octobre, ™ui reliait ˆaris l’usine ait atteint 9,6 % d’Air France, en France sur plus haut niveau et ­ež €orŸ 30 morts et 2 de la population a‡ressé par des la réforme depuis 1 en 3‘30 500 lessés active, un record salariés, ont le tour des retraites à ­oulouse depuis 2001 du monde Election ttentats du La France ébut de Réélection Le déicit de Saddam ébut de Election de General Motors arac Fin de la Šéélection de ‹ttentats Fin de la Œortes tensions Election de Retrait Retrait des La pression Les Etats„…nis Première Les US font face de George 11 septembre s’oppose la guerre de George la balance Hussein™ la crise des Barack se déclare ­bama guerre en ‚ra Barack au marathon guerre en suite à la mort de Donald des Etats„…nis Etats„…nis de monte entre connaissent vaccination à une inlation W. Bush à la guerre en Irak W. Bush commerciale condamné subprimes Obama en faillite annonce Oussama Ben Obama de oston ‹fghanistan 2 citoyens Trump de l’accord de l’accord sur le ‘ashington une e€plosion contre la record, atteignant en Irak américaine à mort™ La valeur vouloir Laden tué au ‹fro„‹méricains ƒaris sur nucléaire avec et Žéhéran de cas de —ovid„19 9,1% en juin atteint des est e€écuté des biens réformer ƒa istan tués par la police le climat l’‚ran Covid-19, portant George W. sommets et en ‚ra immobiliers les milieu€ Donald Trump le nombre de Assaut du Bush sine l’endettement s’effondre La chute inanciers Les Etats„ …nis Žensions menant multiplie les morts à 3”1•”5 Capitole par le Patriot ct des ménages de Lehman Bernard Madoff suite à la crise sont privés pour à plusieurs désengage„ des partisans de Signature de atteint 139% Brothers est condamné la première fois shutdowns ments de la Joe Biden est élu onald Žrump l’Inlation sonne le ème de leur revenu à 150 ans de leur «AAA» de l’administra„ scène ”– ƒrésident des Reduction Act disponible début de de prison par ˆ‰ƒ tion multilatérale Etats„…nis Les …ˆ ébut de la la crise inancière re˜oignent Les tensions uerre en mondiale ‹ccord sur à nouveau US-Chine Afghanistan la taxe GAFA l’Accord de s’exacerbent au ’“ Paris La France Le Traité ƒise en Signature largisseent ‘es négociations Le doaine Entrée dans La crise touc†e Angela L’ uro­e est … “ruxelles, L’U reçoit La Croatie La Šussie ‰onférence Le “Leae” ¦e annier— ƒise en La saga du La €rande— La France La Russie envahit ­rend la de Nice signé circulation d’un Pacte i­ortant de sont ouertes aec de ­reier l’UE de la l’rlande ­uis Merkel élue dureent accord des 1œ sur le Prix Nobel rejoint l’U , ena†it la de Žaris sur l’e­orte au saire de la ­lace du Brexit agite le “retagne quitte ­rend la l’Ukraine le § présidence en Fé 1 des euros de Sécurité l’U aec la Tur‹uie nieau “.eu” Šouanie et l’ s­agne, ‰†ancelière fra­­ée ­ar la le renforceent du de la Žaix agrandissant Crimée le climat Šéférendu signature des RGPD Šo‡aue—Uni l’Union présidence du férier du ‰onseil réfore les entre l’U l’ad†ésion en ue de son fournit un de la “ulgarie l’slande et le alleande tempête ™‡nt†ia Fonds européen le arc†é déclenc†ant Brexit traités de Rome et l’ uro­e euro­éenne le Conseil de l’EU de l’Union nstitutions et l’„T…N de 1 ­a‡sˆ ad†ésion à l’U nouel es­ace La “‰ , la Fed Šo‡aue—Uni šla France de stabilité uni‹ue de fortes ‰rise des endredi –1 uro­éenne uro­éennes ‰†‡­re, tout en et la “an‹ue dès ˜ Crise de notaent› žinancière, tensions réfugiés en Le Žarleent janier à –† Olaf Scholz la Šé­ubli‹ue …ngela ­roouant centrale la dette la reca­italisation ‘ébut de la géo­oliti‹ues uro­e suite à euro­éen succède à Boris Johnson Tc†è‹ue, ƒer’el élue l’identité du ”a­on décident soueraine des ban‹ues et ise en ­lace la situation en a­­roue ­ar …ngela ƒer’el est re­lacé ­ar Le ‘anear’ La €rèce l’ stonie, ‰†ancelière euro­éenne d’injecter grec‹ue l’effaceent de de “âle  S‡rie un ote l’accord Li¨ Truss, ­uis ­ar organise un intègre la la Œongrie, alleande sur internet •––ƒds ¡% de la dette éconoi‹ue et L’ uro­e co­te Šis†i Suna’ référendum zone euro la Lettonie, dans le circuit grec‹ue détenue coercial ­lus de – illions sur l’ad†ésion la Lituanie, ƒalte, onétaire ondial ­ar les ban‹ues global šAECG› de contaminations à la onnaie La Žologne, ƒobilisation des entre l’U et le au ‰oid—19 ‘écès de la Šeine uni‹ue Le la Sloa‹uie indignés en uro­e ‰anada Elisabeth II non l’e­orte et la Sloénie et dans le onde ¡ ¢éonse à la question “‘enseš“vous que l’évolution du contexte économique en France our votre secteur d’activité dans les 2“— ans à venir sera… (‘ositive ¤ Ÿeutre ¤ Ÿé­ative) ˜ources ¥ Œe ‚onde† Œes €c…os† ‘aris ‚atc…† Œa œroix† France 2¦† euroa.eu ème 6 23 édition Baromètre AmCham-Bain

23 ans d’attractivité de la France auprès des investisseurs américains Après  années Premier baromètre ­ des sociétés n’ont La France fait face Les diriƒeants de ‰—% des investisseurs marŠuées par la Forte baisse du moral des €n 20‡Š† Œa France reste n ort vent d’otimisme Œa andémie de la u sortir du œovid† AmCham-Bain annuel pas créé d’emplois à une concurrence de filiales d’entreprises considèrent que l’élection crise financière investisseurs américains en France eu attractive ace au Ž† des investisseurs œovid“‡9 enra’e le monde est raé ar suite à l’application de plus en plus mondiale américaines en France du ‘résident ˜ar™oš’ aura mondiale‹ les lors de l’élection uis durant le l’ llema­ne ou les méricains accoma­ne l’économie mondiale. une crise économique† sur l’attractivité investisseurs sont mandat de François ollande ‘a’s“”as. l’élection d’€mmanuel Ÿéanmoins† le ”aromètre avec des niveaux d’inžlation française auprèsla loi sur les ‚ heures notamment de la part craiƒnent l’impact un imact ositi sur plus optimistes sur des investisseurs de l’…urope de l’…st et néƒatif de la détério-l’investissement étran­er le conte„te Œe contexte économique et ‚acron 202‡ enre­istre une record. Œes investisseurs américains Les sociétés de l’Asieration des relations en FranceéconomiŠue€n 20‡2† ˆ‰Š% des diri­eants social† le coût et la amélioration si­nižicative sont inquiets our l’avenir américaines franco-américainesinterro­és ensent que les qualification de la ne conƒoncture du moral des mais la France eut La France compte perçoivent Les handicaps tradition- L’attractivité de mesures annoncées sur la main“d’œuvre et le ré­ime économique investisseurs se baser sur de solides 1  sociétés l’environnement nels de la France restent ‰euls ‚­ des €ffondrement du moral la France est fiscalité et la rè­lementation fiscal restent les critères les et sociale troublée à ondamentaux our américaines français comme étant les mêmes ‡ orƒanisation investisseurs américains des investisseurs cependant en recul énaliseront l’attractivité lus imortants dans la ’ aire ace ƒlobalement favorable riƒide anticipent une américains sur avec  ­ Œ1Ž et de la Francedécision d’investir l’éc…elle mondiale† avec   l’évolution du contexte  ­ Œ11Ž des euroéenne et emplois directs au„ nouvelles du travail et fiscalité amélioration du conte„te investisseurs qui la rançaise reine et 1   technoloƒiesdésavantaƒeuseéconomiŠueéconomiqueconsidère comme l’otimisme des emplois indirects“bonne” ou investisseurs “excellente” (vs. 66% en 2009) LE MORAL DES INVESTISSEURS AMÉRICAINS EN FRANCE* 1999200020012002200320042005200620072008200920102011201220132014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 La loi “Aubry”,Instauration€le‚tion ˆéorme du ermeture Rejet de la “aniestation€le‚tion “ort du La ran‚e re˜oint Grèves contre La France ‚lection de „aniestations u‡mentation Les attentats ttentats ‚lection Le mouvement ’écès de Le ‡ouvernement‚ntrée en Emmanuel Macron ixe la duréede la primede ƒa‚„uess‰stème des de la dernière …onstitution ‚ontre la CPEde Nicolasdernier poilu le ‚ommande• une réorme assure la François en lien avecde la TVAsecouent la à Nice lors d’Emmanuel des Gilets Jacques annonce une série vi‡eur du pass est réélu Président légale du pour l’emploi…hira‚†retraites des mine de €uropéenneSarkozyrançais dement intégré des retraites présidence Hollandela loi ouvrant en France Francedu 1• –uilletMacronJaunes Chiracde mesures pour sanitaire le 9 de la République travail à 35h(in en 205)eon‚tionnairescharbon le maria‡e ‰de 19,6% €lu au 2par réérendumInterdiction la —rande de l’OTANentre tournante empoisonne lutter contre –uin par semainetour ‚ontre (de 3‹ ans Œ2rançaise en ran‚ede fumer —uerreeptembre et du G8“„on ennemi pour tousà 20% et de Œréation du ~50 taxes durablement Notre-Dame la pandémie (entreprises>in dule ‚andidat de ‚otisationen “oselledans les lieux La France ctobre 2010c’est la …inance” Š% à 10%‹CICE et supprŽ créées depuis le climat socialde Paris en « ™uoi™u’il en La loi « Climat 20 salariés)service d’extrêmeà Ž0 ans)”é ut à …li‚h‰publics en compte plus rrestation u‡mentation Les entrepreneurs de la “taxe2010 pour …lammes coûte »Ž Le paœs et Résilience » Hausse record des militairedroiteentraînant de •sous•–ois des Francede 32 millions de Dominique des taxes protestentsur les ‘auts 9 supprimées s’adapte au est votée en prix de l’énergie ortes grèvesviolen‚es dans d’internautesStrauss-bancairesen ormant le revenus” con…inement et au oût Crash dules anlieuesKahn à ­€ “mouvement des couvre eu L’inlation atteint Œoncorde, L’explosion derançaisesLe chômage ˆi‡eons” Les ima‡es du ’“” Conilt social 6,2% en octobre, ™ui reliait ˆaris l’usine ait atteint 9,6 % d’Air France, en France sur plus haut niveau et ­ež €orŸ 30 morts et 2 de la population a‡ressé par des la réforme depuis 1 en 3‘30500 lessés active, un record salariés, ont le tour des retraites à ­oulousedepuis 2001 du monde Election ttentats duLa France ébut de Réélection Le déicit de Saddam ébut de Election de General Motors arac Fin de la Šéélection de ‹ttentatsFin de la Œortes tensions Election de RetraitRetrait des La pression Les Etats„…nis Première Les US font face de George 11 septembres’oppose la guerre de George la balance Hussein™ la crise desBarack se déclare ­bama guerre en ‚ra Barack au marathonguerre en suite à la mort de Donald des Etats„…nis Etats„…nis de monte entre connaissent vaccination à une inlation W. Bushà la guerre en IrakW. Bushcommerciale condamné subprimes Obamaen failliteannonce Oussama Ben Obamade oston‹fghanistan2 citoyens Trumpde l’accord de l’accord sur le ‘ashington une e€plosion contre la record, atteignant en Irakaméricaine à mort™ La valeur vouloir Laden tué au ‹fro„‹méricains ƒaris sur nucléaire avec et Žéhéran de cas de —ovid„19 9,1% en juin atteint des est e€écuté des biens réformer ƒa istan tués par la police le climat l’‚ran Covid-19, portant George W.sommets et en ‚ra immobiliers les milieu€ Donald Trump le nombre de Assaut du Bush sine l’endettement s’effondreLa chute inanciersLes Etats„ …nis Žensions menant multiplie les morts à 3”1•”5 Capitole par le Patriot ctdes ménages de Lehman Bernard Madoff suite à la crisesont privés pour à plusieurs désengage„ des partisans de Signature de atteint 139% Brothers est condamné la première fois shutdowns ments de la Joe Biden est élu onald Žrump l’Inlation sonne le ème de leur revenu à 150 ans de leur «AAA» de l’administra„ scène ”– ƒrésident des Reduction Act disponibledébut dede prisonpar ˆ‰ƒ tion multilatérale Etats„…nis Les …ˆ ébut de la la crise inancière re˜oignent Les tensions uerre enmondiale ‹ccord sur à nouveau US-Chine Afghanistan la taxe GAFA l’Accord de s’exacerbent au ’“ Paris La FranceLe Traité ƒise en Signature largisseent‘es négociations Le doaine Entrée dans La crise touc†e Angela L’ uro­e est … “ruxelles, L’U reçoitLa Croatie La Šussie ‰onférence Le “Leae” ¦e annier— ƒise en La saga du La €rande—La France La Russie envahit ­rend la de Nice signé circulation d’un Pacte i­ortant de sont ouertes aec de ­reier l’UE de la l’rlande ­uis Merkel élue dureent accord des 1œ sur le Prix Nobelrejoint l’U , ena†it la de Žaris sur l’e­orte au saire de la ­lace du Brexit agite le “retagne quitte ­rend la l’Ukraine le § présidenceen Fé 1 des eurosde Sécurité l’U aec la Tur‹uie nieau “.eu” Šouanie et l’ s­agne, ‰†ancelière fra­­ée ­ar la le renforceent du de la Žaixagrandissant Crimée le climatŠéférendu signature des RGPDŠo‡aue—Uni l’Union présidence du férier du ‰onseilréfore les entre l’U l’ad†ésion en ue de son fournit un de la “ulgariel’slande et le alleandetempête ™‡nt†ia Fonds européen le arc†é déclenc†ant Brexittraités de Romeet l’ uro­eeuro­éenne le Conseil de l’EU de l’Unionnstitutions et l’„T…Nde 1 ­a‡sˆ ad†ésion à l’U nouel es­ace La “‰ , la Fed Šo‡aue—Uni šla France de stabilité uni‹ue de fortes ‰rise des endredi –1 uro­éenne uro­éennes‰†‡­re, tout en et la “an‹ue dès ˜Crise de notaent›žinancière, tensions réfugiés en Le Žarleent janier à –† Olaf Scholz la Šé­ubli‹ue …ngela ­roouant centralela dettela reca­italisation ‘ébut de la géo­oliti‹ues uro­e suite à euro­éen succède à Boris Johnson Tc†è‹ue, ƒer’el élue l’identité du ”a­on décident soueraine des ban‹ues et ise en ­lace la situation en a­­roue ­ar …ngela ƒer’el est re­lacé ­ar Le ‘anear’La €rèce l’ stonie, ‰†ancelière euro­éenne d’injectergrec‹uel’effaceent de de “âle S‡rie un ote l’accord Li¨ Truss, ­uis ­ar organise unintègre la la Œongrie,alleandesur internet•––ƒds ¡% de la dette éconoi‹ue et L’ uro­e co­te Šis†i Suna’ référendumzone eurola Lettonie,dans le circuit grec‹ue détenue coercial ­lus de – illions sur l’ad†ésionla Lituanie, ƒalte,onétaire ondial­ar les ban‹ues global šAECG› de contaminations à la onnaieLa Žologne,ƒobilisation des entre l’U et le au ‰oid—19 ‘écès de la Šeine uni‹ue Le la Sloa‹uie indignés en uro­e ‰anada Elisabeth II non l’e­orteet la Sloénieet dans le onde ¡ ¢éonse à la question “‘enseš“vous que l’évolution du contexte économique en France our votre secteur d’activité dans les 2“— ans à venir sera… (‘ositive ¤ Ÿeutre ¤ Ÿé­ative) ˜ources ¥ Œe ‚onde† Œes €c…os† ‘aris ‚atc…† Œa œroix† France 2¦† euroa.eu ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 7

Baromètre 2023 sur le moral des investisseurs américains en France ÈME LES 6 CHIFFRES À RETENIR DE CETTE 23 ÉDITION : 22% C’est la part des investisseurs américains qui anticipent une évolution positive du contexte économique en France dans les 2-3 années à venir. I Cela est à comparer avec 74% il y a un an I C’est le niveau le plus bas des 7 dernières années, témoignant d’une inquiétude sur la probabilité d’une récession à venir en Europe –11 points Le score NPS* de la France en tant que pays où s’implanter diminue après la reprise de 2021, passant de –1% à –12%. I Cette diminution s’explique notamment par un climat social perturbé ces derniers mois, avec des revendications salariales et des grèves importantes dans différents secteurs comme la pétrochimie ou la fonction publique. De plus, une certaine instabilité des réglementations, que ce soit au niveau européen ou français, irrite les investisseurs qui recherchent une visibilité long terme pour prendre des décisions d’investissement éclairées I En revanche, les forces historiques de la France comme sa position centrale en Europe ou sa grande capacité d’innovation et de recherche, couplée à une main-d’œuvre très qualifiée, permettent de maintenir ce score au-dessus de la moyenne des 6 dernières années, qui s’établit à –19% 3 C’est le nombre de places que gagne le « coût de la main-d’œuvre » ème ème (de 6 en 2021 à 3 en 2022) au classement des critères d’investissement en France par rapport aux autres pays européens. I Ce critère étant la faiblesse principale et historique de la France, son entrée au Top 5 ne fait que souligner les efforts à investir afin d’améliorer la position du pays dans les années à venir sur ce sujet SM *Net Promoter® est une marque déposée par Bain & Company, Inc., Fred Reichheld et Satmetrix Systems, Inc. Le Net Promoter Score (NPS®) mesure la propension à recommander un pays, une entreprise ou un produit à travers une unique question : « recommanderiez-vous ce pays, ce produit ou cette entreprise à vos amis ou à vos collègues ? ». Les répondants attribuent en réponse une note de 0 à 10 qui permet de les classer en trois catégories : les prescripteurs (9-10), les neutres (7-8) et les détracteurs (6 et moins). Le NPS correspond à la différence entre les pourcentages de « prescripteurs » et de « détracteurs ». ème 8 23 édition Baromètre AmCham-Bain

Baromètre 2023 sur le moral des investisseurs américains en France 69% C’est le pourcentage de répondants qui ont une perception positive ou très positive du système de formation professionnelle en France (+19 points vs 2021). I La remise en valeur de l’apprentissage, ainsi que la qualité des formations d’ingénieur et globalement de l’éducation supérieure en France sont extrêmement valorisées des investisseurs 40% C’est la part des répondants pour qui la France est insuffisamment préparée aux métiers de demain. I Les métiers du numérique, particulièrement la cybersécurité, et les métiers de la transition énergétique sont notamment pointés du doigt en termes de manque de formations existantes et de profils à recruter 60% Pour plus de la moitié des répondants, les efforts de l’Etat sur la transition écologique ont un impact positif sur l’attractivité de la France. I La France est vue comme étant à l’avant-poste de la transition pour de nombreux investisseurs en comparaison des autres pays du monde ; certains mentionnent même qu’elle pourrait faire mieux et accroître sa compétitivité si elle devenait le modèle à suivre par toute l’Europe en matière de réglementation ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 9

PROJECTIONS Perspectives des investisseurs américains en France ème 10 23 édition Baromètre AmCham-Bain

L’évolution attendue du contexte économique est moins favorable que les années précédentes « Malgré une progression des ventes Alors que 74% des investisseurs américains spectaculaire en 2021 due à la reprise anticipaient une évolution positive du contexte post-Covid, la croissance dans le monde économique à horizon court terme en 2021, est en retrait au regard de l’année précédente, année record, ce chiffre tombe à 22% pour 2022. par rapport aux objectifs budgétaires prévus, La solide reprise économique mondiale dont mais également face au marché. Cela est dû la France était la figure de proue s’est ralentie, essentiellement à un tassement des marges pour laisser place à des niveaux d’inflation brutes et de dépenses de production inédits, un contexte géopolitique tendu, un supérieures à celles attendues, notamment accès aux matières premières amoindri et une du fait du coût de l’énergie » pénurie de main-d’œuvre. —DRH, Industrie lourde Face à l’instabilité actuelle et au contexte économique à venir encore flou, les investisseurs restent prudents. Beaucoup de secteurs subissent une pression sur leurs marges. Certaines industries tirent leur épingle du jeu, notamment les entreprises du secteur de l’énergie, qui bénéficient d’un environnement macro-économique leur étant Graphique 1 favorable, le secteur du tourisme qui reprend Q : Pensez-vous que l’évolution du contexte vigoureusement après les années Covid, ainsi économique en France pour votre secteur d’activité que le secteur de l’électronique/électricité dans les 2-3 ans à venir sera… ? tirant entre autres parti du retour en force du 5% 4% 4% nucléaire. A l’inverse, d’autres s’attendent 15% 9% 11% à des circonstances plus difficiles comme 24% 20% l’agroalimentaire qui anticipe une baisse de 37% 19% 23% 22% volume – conséquence directe de l’inflation, 34% l’industrie de la chimie dont les procédés sont très énergivores, ainsi que l’industrie 36% 48% pharmaceutique qui pâtit notamment du projet de loi de financement de la sécurité sociale 2023. 50% 33% 49% Dans ce contexte, les efforts pour une 39% transition écologique accélérée, la volonté 40% affichée de réindustrialiser le pays ou bien les 72% 74% plans de soutien à l’économie française sont perçus comme de nouvelles opportunités 49% offertes par la France. Malheureusement, 41% 39% cela ne suffit pas à compenser les difficultés 24% 27% 30% d’approvisionnement en matières premières 22% et autres composants, un marché du travail de plus en plus tendu ainsi que l’anticipation d’une 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 hausse de la pression fiscale. Cette perception morose du contexte économique s’inscrit dans Positive Stable Négative Ne sait pas un climat de ralentissement mondial constaté par les économistes. ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 11

Le niveau d’emploi reste majoritairement stable La France renforce ses atouts aux yeux des maisons-mères américaines Malgré les inquiétudes exprimées, plus de la moitié des répondants (56%) prévoient que La perception de la France par les maisons- le nombre d’employés de l’entreprise devrait mères américaines demeure positive ou rester stable dans les 2 à 3 prochaines excellente pour 58% d’entre elles (-5pp vs. 2021). années. Pour eux, nous sommes actuellement La perception « mauvaise » reste à un niveau dans une période de transition : la situation peu ou prou aussi contenu qu’en 2021, à 9% reste assez bonne pour ne pas avoir besoin (+2pp vs. 2021). Cela s’explique notamment de rationaliser les effectifs, mais diverses par l’efficacité des mesures prises par le raisons ne permettent pas non plus de les gouvernement quant à la limitation de l’inflation augmenter, comme par exemple l’instabilité – la France faisant figure de bonne élève de de la situation économique à venir, ou encore l’Union Européenne. La force des fondamentaux des projets d’optimisation de coûts ou de du pays (qualité de la main-d’œuvre, qualité maîtrises des dépenses. Néanmoins, pour 27% des infrastructures, localisation centrale en des répondants, les effectifs devraient tout de Europe …) ainsi que son marché intérieur – même augmenter dans les années à venir : pour dynamique économiquement, bien placé en suivre la reprise d’activité post-Covid, dans le termes d’innovation et en avance lorsqu’il cas d’une stratégie de croissance de groupe, s’agit de la transition écologique – constituent pour supporter de nouveaux lancements de par ailleurs le socle de l’attractivité française produits, ou pour développer la R&D à long aux yeux des maisons-mères américaines. De terme, entre autres. plus, le gouvernement tend à inscrire la France dans une dynamique pro-business avec des Graphique 2 initiatives comme Choose France, France 2030 Q : Dans les 2-3 ans à venir, pensez-vous que le ou encore le Crédit d’Impôt Recherche, qui sont nombre de salariés de votre entreprise en France… ? perçues positivement outre-Atlantique. 13% 7% 8% 17% 17% 33% 28% Pour autant, les faiblesses historiques de la France demeurent 35% 42% 42% En revanche, vue des États-Unis, la France 41% continue de pâtir d’une image défavorable en termes de climat social, de fonctionnement 56% de l’administration ou encore de stabilité et de 45% lisibilité du cadre législatif, ce qui handicape 46% les investissements sur le long terme et dégrade l’attractivité de la France par rapport à ses voisins européens. 52% 51% 51% 42% 21% 27% 27% 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 Augmentera Restera stable Diminuera ème 12 23 édition Baromètre AmCham-Bain

Graphique 3 Q : Selon vous, quelle est la perception de la France par votre maison-mère par rapport à d’autres destinations d’investissement ? 13% 9% 6% 7% 9% 15% 27% 30% 30% 32% 36% Quelles ont été les mesures 39% 37% mises en place par le gouvernement pour protéger 43% les entreprises de l’inflation en 2022 ? 55% 51% 45% 42% 50% Toutes les entreprises ont pu 44% bénéficier de la baisse de la fiscalité 25% sur l’électricité (TICFE) à son minimum 12% 13% légal européen 5% 6% 6% 9% 4% 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 Pour toutes les entreprises grandes Perception consommatrices d’énergie (achat de positive 30% 48% 55% 64% 48% 64% 58% gaz/d’électricité supérieur ou égal Excellente Bonne Moyenne Mauvaise à 3% du CA 2021), l’Etat a mis en place un guichet d’aide financière pouvant atteindre 150 millions d’euros sous certaines conditions, afin de compenser en partie les hausses de prix « La perception de notre maison-mère Pour les PME de moins de 25 salariés, s’améliore, notamment sur la stratégie un amortisseur électricité a été mis en fiscale et la réduction des niveaux de place pour plafonner le prix maximal taxation. Néanmoins la France est toujours du MWh perçue comme trop “risquée” du fait de la rigidité du code du travail, de la complex- Les TPE (moins de 10 salariés, CA ité des relations sociales, et des coûts/ < 2M€) ont pu bénéficier des boucliers risques liés à la flexibilité du travail. » tarifaires mis en place pour les —Président, Industrie pharmaceutique particuliers, impliquant le gel de la hausse des tarifs de vente du gaz et un plafonnement de l’augmentation du tarif d’électricité ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 13

PERCEPTIONS La France et ses régions vues par les investisseurs américains ème 14 23 édition Baromètre AmCham-Bain

L’attractivité de la France pour les investisseurs Le NPS de la France comme destination d’investissement reste à des niveaux très encourageants Bien qu’en léger reflux, le score NPS* de la France (-12%) reste au-dessus de la moyenne constatée entre 2016 et 2021. La baisse de cette année s’explique par un tassement relatif des prescripteurs (attribuant une note supérieure ou égale à 9 sur 10) et une légère augmentation du nombre de détracteurs (attribuant une note inférieure ou égale à 6 sur 10) qui passent respectivement de 23% à 18% et de 24% à 30% par rapport à 2021. La volonté du gouvernement de faire évoluer le pays sur ses points faibles structurels et les politiques de soutien conjoncturelles à l’économie ont été valorisées par les répondants. Cependant, le climat social tendu, la perception d’un fossé culturel avec les manières de faire et de penser anglosaxonnes ou encore la sensation d’une préférence nationale sont des ombres non négligeables au tableau de l’attractivité française. Graphique 4 Q : Sur une échelle de 0 à 10, recommanderiez-vous la France à une entreprise américaine cherchant à s’implanter à l’étranger ? (10 étant la meilleure note) 29% 29% 24% 30% 33% 36% 54% 54% 53% 52% 46% 58% 47% 43% 21% 14% 17% 16% 23% 18% 3% 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 NPS* –51% –12% –15% –12% –20% –1% –12% Moyenne = –19% Prescripteurs Neutres Détracteurs SM *Net Promoter Score (NPS®) = % prescripteurs (note de 9 à 10) - % détracteurs (note de 0 à 6) ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 15

Quels sont les principaux critères d’investissement des entreprises américaines en France ? Le Top 5 des critères d’investissement les plus regardés pour une entreprise est peu différent de 2021. En effet, le contexte économique, le climat social, la qualification et la disponibilité de la main-d’œuvre font toujours partie des préoccupations principales des investisseurs. Les entreprises très industrielles (aéronautique, chimie, pharmacie …), à la recherche de profils techniques et/ou spécialisés, sont particulièrement attentives à ce dernier sujet. Cependant, le coût de la main-d’œuvre gagne 3 places, faisant reculer l’importance de la sécurité juridique. Pour des groupes mondiaux aux échanges globalisés et pour lesquels les pays sont en concurrence, pouvoir trouver un coût de main- d’œuvre moindre fait partie des facteurs majeurs. A noter aussi que la législation sociale gagne 6 ème ème places (de 14 à 8 ), confirmant le fait que les investisseurs recherchent de la flexibilité dans un contexte très incertain et imprévisible. Graphique 5 Q : Quelle est l’importance des facteurs suivants dans les décisions d’investissements de votre groupe ? TOP 5 2% 2% 3% 3% 3% 6% 7% 7% 8% 8% 9% 10% 10% 11% 11% 14% 14% 14% 20% 15% 17% 23% 21% 36% 30% 33% 38% 37% 45% 38% 37% 38% 34% 43% 50% 50% 45% 38% 39% 38% 54% 50% 48% 58% 60% 80% 77% 48% 62% 67% 63% 61% 56% 56% 52% 50% 54% 53% 42% 42% 44% 48% 47% 47% 36% 39% 38% 25% 19% 1 2 3 4 5 15% ) E s e e e s s e conomique entreprises recherch é administratives temps de travail pays européens publics et privésQualité de vi Contexte Sécurité juridiqueLégislation sociale Régime fiscal pouret coût de l’énergieQualité des service Simplicité des procédures(emploi et licenciementSituation géographiqueles entreprises étrangèresInfrastructures numériquesQualité des infrastructuresPoids accordé à la RSCapacité d’innovation et deQualité de l'enseignementCoût des licenciementEnvironnement culturel Coût d’implantation pour les Solidité du système bancair supérieur et de la recherch Classements Climat social et stabilité politiqueCoût global de la main-d’œuvreDisponibilité de la main-d’œuvreQualification de la main-d’œuvreSouplesse dans l’organisation duRigueur de la régulation vs autreApprovisionnement énergétique précédents 2021 236 531 8 14 12 9971211 16 n.a. 19 20 22 18 16 15 21 23 2020 216 534 815101279 n.a. 11 17 n.a. 19 16 21 n.a. 14 13 18 20 Très important Relativement important Pas important Classement = Très important + Relativement important ème 16 23 édition Baromètre AmCham-Bain

Comment les investisseurs notent-ils la France sur ces critères ? La France se place comme une figure forte sur plusieurs de ces critères, comparativement à ses voisins européens. La qualité de vie, l’environnement culturel et la position géographique sont des forces historiques du pays, rejointes par son excellente capacité d’innovation et de recherche, et l’atout d’infrastructures de qualité, vantées à chaque édition. La haute qualification de la main-d’œuvre française, et notamment le niveau de ses ingénieurs, fait partie des réponses les plus plébiscitées par notre panel également. Côté faiblesses du pays, le coût de la main-d’œuvre (embauches ou licenciements) ainsi que la complexité administrative (procédures légales, extension d’activités, nécessité de parler français…) font partie des points à améliorer chaque année. Cependant, les personnes ayant créé une entreprise au cours des dernières années notent que le processus administratif s’est beaucoup simplifié dernièrement. Enfin, symptôme d’un contexte économique en transition, la disponibilité de la main- d’œuvre est considérée à part presque égale comme une force (19%) et comme une faiblesse (23%) de la France. Le pays reste sujet à la guerre des talents qui touche l’Europe et le reste du monde. Graphique 6 Q : Comment se positionne la France par rapport aux autres pays européens sur les critères suivants ? FORCES* FAIBLESSES* 1% 1% 2% 4% 3% 8% 5% 3% 6% 3% 15% 12% 13% 18% 22% 23% 36% 34% 38% 40% 34% 38% 41% 33% 54% 47% 56% 55% 45% 55% 59% 64% 64% 69% 77% 59% 58% 84% 82% 78% 47% 63% 62% 63% 53% 59% 59% 59% 48% 39% 44% 43% 42% 39% 38% 34% 35% 28% 31% 19% 21% 15% 3% 6% 7% e e s e e e E n s s ) s juridique conomiqu é é t é politique Qualité de vi et de recherchpublics et privés curi temps de travail é Capacité d’innovationQualité des serviceApprovisionnementContexteS Coût d’implantatiopour les entrepriseRégime fiscal pour lesLégislation sociale Environnement culturelSituation géographiqueQualité des infrastructuresQualité de l’enseignementInfrastructures numériquesPoids accordé à la RSentreprises étrangèresautres pays européen(emploi et licenciementCoût des licenciement Qualification de la main-d’œuvresupérieur et de la recherchSolidité du système bancairénergétique et coût de l’énergieDisponibilité de la main-d’œuvreRigueur de la régulation vsCoût global de la main-d’œuvre Climat social et stabilitSouplesse dans l’organisation duSimplicité des procédures admin. 2021 371 246581011 913131215120 6123 n.a. 7 19 22 21 18 Point fort Equivalent Point faible *Force si proportion de points forts > points faibles; Faiblesse si proportion de points faibles > points forts; Classement des Forces = % points forts, classement des Faiblesses = % points faibles ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 17

La performance de la France se polarise sur la durée En 11 ans, la France a su mettre l’accent sur quasiment tous ses atouts, et en particulier sur le contexte économique, le poids accordé à la RSE et la capacité d’innovation et de recherche, qui sont les critères où le score du pays s’est le plus amélioré. Seule l’une des forces de la France a vu son score baisser : la disponibilité de la main-d’œuvre. Les profils d’ouvriers et de techniciens sont particulièrement touchés, mais encore une fois cela ne se limite pas à la France. Côté priorités d’améliorations, la situation s’est dégradée dans les années passées, notamment sur les coûts de main-d’œuvre et d’implantation des entreprises ; le haut niveau de qualification de la main-d’œuvre française se ressent sur les salaires. Néanmoins, on voit que la perception du pays s’est tout de même légèrement améliorée au niveau de la législation sociale et du coût des licenciements. Graphique 7 Evolution de la position de la France depuis 2011 Positionnement de la France + Environnement culturel Qualité de vie Situation géographique Qualité des services Qualité des publics et privés infrastructures Capacité Qualification d’innovation de la main-d’œuvre Atouts Qualité de Contexte économique à exploiter l'enseignement supérieur Appro. énergétique Infra. et coût de l’énergie numériques Solidité du système bancaire Sécurité juridique Poids accordé à la RSE Régime fiscal pour les entreprises étrang. Dispo. de la main-d’œuvre Coût d’implantation Climat social et Rigueur de la régulation vs autres pays européens stabilité politique Priorités Souplesse du temps de travail à améliorer Coût des licenciements Simplicité des procédures administratives pour les entreprises Législation sociale Coût global de - (emploi et licenciement) la main-d’œuvre - Importance des critères + Position des critères en 2011 Position des critères en 2022 Contraire à la tendance ème 18 23 édition Baromètre AmCham-Bain

La France s’inscrit dans un écosystème européen concurrentiel Q : Quels sont les pays européens plus attractifs que la France sur ces facteurs ? 1 | CONTEXTE MACROÉCONOMIQUE Graphique 8 La France est en concurrence directe avec les autres pays du continent pour attirer les investissements étrangers. En termes de contexte macroéconomique, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Suisse sont des voisins particulièrement bien placés. En plus d’une image sociale généralement plus positive, ces trois pays bénéficient d’un climat politique et économique plus stable qu’en France. L’Allemagne tire profit de sa puissance économique et de son tissu très fourni en ETI, Allemagne Pays-Bas Suisse les Pays-Bas sont loués pour la facilité avec laquelle une entreprise étrangère peut s’y implanter, et la Suisse brille par sa fiscalité plus attractive et une meilleure maîtrise de son ratio Dette/PIB. 2 | CAPITAL HUMAIN Graphique 9 L’Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays- Bas sont, comme la France, plébiscités pour leur main-d’œuvre hautement qualifiée. L’Allemagne se distingue par l’apprentissage qui constitue une réelle force pour le pays, ainsi que par ses capacités de R&D. Le Royaume-Uni est également très bien positionné en termes de R&D mais se différencie par son code du travail qui est perçu comme étant plus flexible qu’ailleurs en Europe. Les Pays-Bas bénéficient quant à eux d’un dynamisme industriel allant Allemagne Royaume-Uni de pair avec la qualité de leurs talents. Les trois Pays-Bas pays ont cependant un point en commun : une maîtrise de la langue anglaise supérieure à celle de la France. Cela facilite les échanges avec la maison-mère et est gage d’une meilleure compréhension inter-filiales. ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 19

3 | COÛT ET FISCALITÉ Graphique 10 Ces trois pays disposent de conditions avantageuses pour les investisseurs, notamment étrangers. En effet, l’Irlande et le Luxembourg apparaissent comme deux destinations à la fiscalité particulièrement avantageuse pour les entreprises. Cet aspect positif est renforcé par l’impression d’une meilleure efficacité des services publics et d’une gestion optimisée des finances publiques. Les Pays-Bas quant à eux sont également reconnus comme ayant une Irlande Luxembourg Pays-Bas fiscalité attractive ainsi qu’une administration pro-business. 4| QUALITÉ DE VIE ET CULTURE LOCALE Graphique 11 La France demeure reconnue pour son cadre de vie et sa culture locale. Cependant, d’autres pays offrent un cadre de vie tout aussi plaisant. C’est le cas de l’Espagne ou de l’Italie, à la culture proche mais au climat encore plus clément qu’en France. La Suisse quant à elle offre une sensation de sécurité, un faible niveau de conflictualité sociale et une rémunération très attractive qui lui permettent de se hisser à la troisième place de ce classement. Il est Italie Espagne Suisse néanmoins important de noter que ces critères demeurent secondaires pour les répondants lors de décisions d’investissement, contrairement aux autres critères mentionnés plus haut. ème 20 23 édition Baromètre AmCham-Bain

L’attractivité de la France pour les personnes physiques La France est un pays recommandé pour les collaborateurs étrangers En 2022, 34% des répondants recommanderaient à un collaborateur étranger de venir s’installer en France. C’est un niveau jamais atteint dans les 6 éditions précédentes, qui confirme la dynamique positive enclenchée par le pays depuis quelques années maintenant. On recommande la France avant tout pour son cadre de vie et sa culture (patrimoine, gastronomie, climat, diversité des paysages …). S’ajoutent ensuite un dense réseau d’infrastructures qui maillent le territoire français en l’intégrant dans les flux mondialisés, un accès aux soins de santé et aux prestations sociales qui fait la différence avec les autres pays, le tout pour un coût de la vie qui reste raisonnable. Le système scolaire est aussi plébiscité malgré le fait qu’il manque encore des écoles internationales, notamment hors région parisienne. En revanche, on ne recommande pas la France pour son appareil administratif qui peut s’avérer très lourd pour un étranger non accoutumé, son niveau d’imposition des particuliers ou encore le fait que l’intégration du collaborateur (et de sa famille) sera compliquée voire impossible si ces derniers ne parlent pas le français. Graphique 12 Q : Sur une échelle de 0 à 10, recommanderiez-vous à des collaborateurs étrangers de venir s’installer en France ? 14% 18% 17% 27% 22% 23% 51% 54% 51% 49% 42% 52% 50% 33% 31% 31% 32% 34% 26% 17% 16% 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 NPS* -35% 4% 17% 3% 5% 14% 17% Prescripteurs Neutres Détracteurs ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 21

Graphique 13 Q : Selon vous, ces facteurs sont-ils des « irritants » ou des « stimulants » de l’attractivité de la France pour des collaborateurs étrangers ? STIMULANTS* I RRITANTS* 2% 5% 4% 8% 7% 12% 14% 10% 16% 15% 32% 32% 28% 40% 26% 66% 66% 54% 56% 65% 91% 80% 54% 48% 64% 64% 61% 27% 30% 31% 30% 25% 14% 12% 7% 3% Qualité Accès Qualité Qualité Garde et Travail Continuité Facilité Logement Gestion Climat Fiscalité de vie aux de des scolarité du politique de démé- adminis- social des et culture services l'ensei- infrastruc- des conjoint nagement trative particuliers locale de gnement tures enfants santé sup. et de de la transport/ recherche comm. Évolution du rang vs. 2021 % de stimu - 89% 88% 68% 72% 56% 31% 34% 24% 11% 16% 12% 6% lants en 2021 Stimulant Neutre Irritant *Stimulant si proportion de stimulant > irritant; Irritant si proportion de irritant > stimulant ème 22 23 édition Baromètre AmCham-Bain

Capacité d’innovation et esprit entrepreneurial La France dispose d’un riche écosystème d’innovation … Comme les années précédentes, la perception de l’écosystème d’innovation est positive pour 81% des répondants (+1pp vs. 2021), dont 28% avec une image très positive (+9pp vs. 2021). La perception négative recule quant à elle de 7% en 2021 à 2% en 2022. Comme les années précédentes, la qualification de la main-d’œuvre et notamment des ingénieurs, le soutien de l’Etat à la nouvelle économie ou encore les infrastructures IT demeurent de grands atouts pour la France en matière d’innovation. A l’inverse, le manque de souplesse du cadre juridique continue d’être perçu comme un point d’attention. Graphique 14 Graphique 15 Q : Quelle est votre perception Q : Quelles sont les forces et les faiblesses de la France en matière générale de l’écosystème de d’innovation & de digital dans le cadre de vos investissements ? l’innovation en France ? 1% 2% 2% 3% 13% 6% 13% 30% 20% 19% 25% 17% 28% 13% 37% 32% 42% 50% 85% 55% 69% 53% 50% 62% 38% 38% 32% 20% Très négative Soutien de l’Etat Esprit Forte pénétration Négative à la nouvelle entrepreneurial du digital économie Neutre Qualification Infrastructures Accès au capital Cadre 28% Positive de la IT et aux financements juridique 19% main-d’œuvre Très positive Force Neutre Faiblesse 2021 2022 … soutenu par un maillage de start-ups nationales de plus en plus intégrées Les liens que 56% des répondants entretiennent avec les start-ups françaises (+2pp vs. 2021) démontrent la vigueur de l’écosystème d’innovation. Ces liens se manifestent via des projets en commun (66%), des achats de biens ou de services proposés par une start-up française (37%), des investissements dans une start-up française (12%) ou un rachat de start-up française (7%). Mais, alors que les différentes initiatives gouvernementales ont permis d’impulser une véritable dynamique de création de start-ups, les répondants soulignent que la capacité de croissance et la pérennisation de ces jeunes pousses doivent être améliorées, au risque sinon de les voir se faire racheter par des fonds étrangers, ou simplement de déposer le bilan. ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 23

Graphique 16 Graphique 17 Q : Votre entreprise entretient-elle Q : Si oui, sous quelles formes ? des liens avec des start-ups françaises ? 66% Non 46% 44% 37% Incubateurs, services de conseil … Oui 54% 56% 18% 12% 7% 2021 2022 Partenariat sur Achat de biens Investissement Rachat d’une Autre Évol. "Oui" un projet avec ou services dans une start-up vs 2021 +2pp une start-up proposés start-up française française par une start-up française française ème 24 23 édition Baromètre AmCham-Bain

Pool de talents Le système de formation professionnelle est un atout pour la France, bien que le pays soit perçu comme insuffisamment préparé aux enjeux des métiers de demain Près de 70% des répondants ont une impression positive ou très positive du système de formation professionnelle français. Ce chiffre est en nette hausse par rapport à 2021 où il rassemblait seulement 50% des réponses. Les raisons de cette progression sont en partie dues au retour en force de l’apprentissage, qui est un gagnant-gagnant, permettant d’attirer plus de jeunes talents et de les fidéliser au sein de l’entreprise. Le niveau de qualification des ingénieurs français est également plébiscité, tout comme la prise de conscience des enjeux internationaux auxquels fait face le système éducatif (dans l’attraction des talents internationaux notamment). Cependant, les filières plus techniques et opérationnelles continuent de souffrir d’un déficit d’image auprès des jeunes, ce qui débouche sur un manque de personnel et de compétences sur certains pans de l’industrie. Graphique 18 Graphique 19 Q : Quelle impression avez-vous du système de Q : Selon vous, la France est-elle suffisamment formation professionnelle en France ? préparée aux enjeux des métiers de demain ? 1% 2% 6% 16% 24% 40% 34% 57% 41% 42% Très négative Négative Insuffisamment Neutre préparée Positive 19% Neutre 8% 12% Bien préparée Très positive 2021 2022 2022 ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 25

De plus, 40% des répondants considèrent la France comme insuffisamment préparée aux enjeux des métiers de demain, contre 19% qui pensent que le pays serait « bien préparé ». Bien que des progrès très importants aient été faits sur l’adaptabilité, le numérique ou les compétences collaboratives des jeunes diplômés, la France accuse un retard de compétences – et de disponibilité – dans des secteurs d’avenir clés tels que la cybersécurité, les énergies (par exemple l’hydrogène) ou bien l’économie circulaire (recyclage des plastiques …), ce qui peut être un frein pour l’attractivité des talents français aux yeux des répondants. Des tensions existent sur le marché du travail en France, comme ailleurs dans le monde Graphique 20 98% des répondants affirment avoir quelques Q : Quel est votre sentiment par rapport à la problèmes (66%) ou d’importants problèmes disponibilité de la main-d’œuvre et des talents en (32%) de disponibilité de la main-d’œuvre en France ? 2022. Dans un contexte de reprise post-Covid, les tensions sur le marché de l’emploi sont considérables, mais cette situation est bien mondiale et non spécifique à la France. Les 32% problèmes de recrutement concernent tous les secteurs de l’industrie et plus particulièrement les secteurs de l’informatique, de l’industrie aéronautique et de l’électronique/ électricité, d’après notre échantillon de répondants. Plus important encore, ils concernent toutes les typologies de métiers, des profils opérationnels/ manutentionnaires jusqu’aux ingénieurs, en passant par les techniciens. Pour les profils les moins qualifiés, la tension est 66% d’autant plus accrue que i) ces derniers sont moins mobiles que d’autres types de profils D'importants problèmes (géographiquement et hiérarchiquement) ; de disponibilité ii) les bassins industriels sont concentrés en Quelques problèmes certains points du territoire (ex : Fos-sur-Mer, le de disponibilité Havre pour l’industrie pétrochimique, le bassin 2% Aucun problème alsacien pour la chimie et la pharmacie), ce qui 2022 de disponibilité renforce les débauchages par des sociétés concurrentes. ème 26 23 édition Baromètre AmCham-Bain

Le télétravail ralentit sa progression tout en polarisant les opinions sur la plus-value qu’il apporte Graphique 21 Graphique 22 Q : Observez-vous une augmentation/diminution/ Q : Comment estimez-vous l’impact de l’hybridation stabilité du télétravail par rapport à il y a un an ? du travail sur la performance de votre entreprise ? 13% 11% 25% 22% 20% 32% 12% 29% 67% 66% 57% 45% Diminution du télétravail Impact négatif Pas d'évolution du télétravail Neutre Augmentation Impact positif du télétravail 2021 2022 2021 2022 Alors que le télétravail était devenu la norme avec la pandémie de Covid-19 et les confinements/ couvre-feux qui en avaient résulté, il semblerait que la tendance ralentisse lentement. En effet, 45% des répondants ont indiqué une augmentation du télétravail – c’est 22 points de moins qu’en 2021 – et 25% ont mentionné une diminution du télétravail (deux fois plus qu’en 2021), dynamique renforcée par le retour de conditions sanitaires plus « normales ». La perception de l’impact du télétravail se polarise par rapport à 2021 : alors que 66% estiment que le télétravail a un impact positif (vs. 57% en 2021), 22% des répondants considèrent que ce dernier a plutôt un impact négatif (vs. 11% en 2021). En effet, alors que ce nouveau mode de travail permet une meilleure attractivité – et par ricochet une meilleure rétention, un meilleur équilibre vie privée/ vie professionnelle, sans dégrader pour autant la performance et la productivité – il peut entraver le travail en équipe et le sentiment d’appartenance, en rendant les interactions professionnelles plus rares, plus compliquées et moins informelles. ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 27

Transition énergétique La transition écologique est en marche, mais doit encore s’adapter au contexte mondial actuel et aux imprévus conjoncturels En 2022, les enjeux de transition écologique On pourrait penser que dans le contexte sont plus cruciaux que jamais. Entre les troublé actuel, les engagements climatiques températures extrêmes – 2022 a été l’année la pris par les entreprises dans les dernières plus chaude jamais enregistrée en France –, les années pourraient être caducs (réduction des incendies et sécheresses dans le monde entier émissions de 40-50% d’ici 2030, neutralité et les inondations à répétition, le réchauffement carbone à 2050 …). Il semblerait en réalité climatique gagne de plus en plus de consciences, que ces engagements soient plutôt réalistes et les efforts de l’Etat à ce sujet ne passent pas et en bonne voie d’être respectés pour au inaperçus : pour 60% des répondants (+8ppts moins 43% des répondants, soit quasiment vs 2021), ces efforts sont même un avantage la moitié du panel. Dans certaines industries, pour la compétitivité française. En effet, pour comme l’aéronautique, plus de la moitié des les filiales dont les maisons-mères ont pris investissements sont aujourd’hui dirigés vers des engagements climatiques ambitieux, un la décarbonation du business afin d’atteindre bon alignement entre la politique climatique les objectifs en 2050. Dans un contexte où française et leurs ambitions ne peut que les entreprises sont aujourd’hui cotées sur renforcer la position de la France comme leurs engagements RSE, tenir ces objectifs choix d’investissement. Le pays est d’ailleurs est aussi une question de survie et de vu par beaucoup d’investisseurs comme en compétitivité long terme. Pour une plus petite avance sur le sujet en comparaison de ses part des répondants (19%), les engagements voisins européens, notamment grâce à son seront difficiles à tenir : notamment, on peut mix énergétique plus décarboné que d’autres. citer les objectifs demandant une grande Pour 33% des répondants en revanche, les quantité d’électricité (électrification des flottes politiques climatiques de l’Etat n’ont pas logistiques par exemple), quantité indisponible d’influence sur l’attractivité du pays : pour eux, actuellement, ou requérant une technologie qui soit la maison-mère américaine n’a pas encore n’est pas encore au point, comme les moteurs placé la transition énergétique au centre de à hydrogène vert. Pour eux, le but final de ses préoccupations, soit les efforts de l’Etat décarbonation n’est pas remis en cause, mais il sont perçus comme insuffisants pour renforcer faudra probablement revoir la manière dont ce la compétitivité face à d’autres pays européens but sera atteint. comme le Royaume-Uni ou la Hollande, résultant en un impact limité pour le pays. ème 28 23 édition Baromètre AmCham-Bain

Graphique 23 Graphique 24 Q : Selon vous, les efforts de l’Etat en matière Q : Selon vous, les turbulences actuelles de transition écologique ont-ils un impact sur remettent-elles en cause les engagements l’attractivité de la France ? ambitieux des entreprises sur le climat ? 8% 7% 33% 43% 40% 38% 60% 52% Impact négatif sur l'attractivité Non, les engagements pris sont toujours adaptés Pas d'impact Neutre 19% Impact positif Oui, les engagements sur l'attractivité pris ne sont plus adaptés 2021 2022 2022 ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 29

Impact des turbulences mondiales L’impact de la hausse de l’énergie et de l’inflation est limité, avec des coûts en partie déjà compensés dans les entreprises Pour les deux tiers de notre panel, les investissements n’ont pas été impactés négativement par la hausse des prix de l’énergie et l’inflation qui ont touché la France en 2022. Cela peut s’expliquer par différents facteurs : i) leur secteur est peu consommateur d’énergie ou de matières premières, c’est le cas pour les métiers de services tels que le tourisme, l’éducation, les études/conseil ; ii) leurs maisons- mères considèrent que les mesures pour juguler l’inflation et permettre un approvisionnement correct en énergie sont satisfaisantes, et gardent donc le même niveau d’investissements dans le pays ; iii) ces hausses de prix sont conjoncturelles et temporaires, générées par la hausse du prix de l’énergie, donc n’influent pas sur les décisions d’investissement qui peuvent se prendre sur des intervalles de temps plus longs – de 3 à 10 ans. De plus, plus de la moitié des répondants (56%) peut se permettre de compenser en partie les hausses subies, que ce soit par une répercussion de l’inflation aux clients, ou bien par des plans de négociations fournisseurs ou d’optimisation des dépenses. Tout cela se traduit alors par des enveloppes d’investissements peu ou pas affectées. Cependant, pour le tiers du panel restant, le budget d’investissements a pu être touché par les diverses turbulences de 2022, se traduisant par une restriction du budget pour les années à venir, un étalement des dépenses dans le temps ou une redirection des flux vers les investissements les plus prioritaires. Cela est généralement le cas pour des entreprises qui i) définissent un budget d’investissements à court terme, ou ii) appartiennent à des secteurs où la compensation des coûts est impossible du fait de la nature des contrats passés avec les fournisseurs et les clients, bien souvent des contrats à long terme que l’on trouve dans l’industrie. Graphique 25 Graphique 26 Graphique 27 Q : Selon vous, le prix de l’énergie Q : Selon vous, l’inflation et Q : Pensez-vous que votre entreprise en France (relativement aux autres le contexte macro-économique soit en capacité de compenser les pays d’Europe) a-t-il eu un impact ont-ils impacté les investissements augmentations de coûts survenues en sur les investissements de votre de votre entreprise en France (par 2022 et à venir en 2023 (via p.ex. des entreprise ? rapport aux autres pays d’Europe) ? augmentations de prix consommateur, des plans d’efficacité, …) ? 25% 37% 35% 19% 10% Non 56% 56% Impact négatif sur Neutre Impact négatif sur l’investissement Oui, et nous l’investissement en France commencerons Pas d'impact 46% en 2023 Pas d'impact Impact positif sur Oui, et nous avons 8% Impact positif sur 9% l’investissement déjà commencé à l’investissement en France compenser 2022 2022 2022 ème 30 23 édition Baromètre AmCham-Bain

Contexte politique national et régional La situation politique évolue pour ce second quinquennat, dans un contexte d’inquiétude croissante sur la dette souveraine Pour 47% des répondants, la priorité des réformes du second quinquennat Macron est la diminution de l’impôt sur les sociétés, perçu comme un handicap et « irritant » majeur à l’heure de l’économie mondialisée. En seconde position, à un degré de priorité presque identique (45%), l’accélération de production d’énergies renouvelables est fortement plébiscitée par les répondants. Il s’agit là d’un enjeu environnemental devenu crucial à l’heure de la prise de conscience climatique d’une part, et de la guerre en Ukraine et ses conséquences d’autres part, notamment sur la disponibilité de l’énergie et son coût. En effet, la situation actuelle – hausse des coûts de l’énergie, préparation à d’éventuelles coupures d’électricité – demeure anxiogène pour les répondants et leur maison-mère. L’investissement dans la production d’énergie renouvelable est vu comme un moyen de regagner l’indépendance énergétique fragilisée par les centrales nucléaires à l’arrêt tout en répondant aux exigences de l’Accord de Paris sur les engagements climatiques. Les autres réformes jugées prioritaires concernent majoritairement les législations sociales (réforme des retraites et de l’assurance chômage). D’autres réformes sont citées par 11% des répondants, comme par exemple une simplification administrative dans la lignée du choc de simplification initié en 2013, une réforme de l’éducation, ou encore une plus grande maîtrise des dépenses publiques. Ces dépenses publiques, matérialisées par la situation de l’endettement français, continuent de susciter de l’inquiétude pour près de 70% des répondants (+5pp vs. 2021) bien que la dette française ne constitue pas en l’état actuel des choses un frein à l’investissement dans le pays. En effet, la plupart des groupes mondiaux investissent dans de nombreux pays dont certains ont une situation moins stable que la France, démontrant qu’à moins d’un effondrement de l’économie du pays, le niveau de dette n’est pas une raison pour arrêter d’investir dans le pays. En revanche, le fait de financer la demande interne par de l’emprunt public est un élément qui est scruté par les investisseurs américains, et qui peut être un facteur anxiogène quant au caractère durable de cette demande. Graphique 28 Q : Selon vous, quelles sont les réformes prioritaires à l’agenda du second quinquennat du Président Macron pour accroitre l’attractivité de la France ? 47% 45% Réduction de la dépense publique, impôts de production, 33% réduction de la CVAE*, 27% réforme de l’éducation, simplification administrative… 22% 20% 12% 11% 1 2 3 Diminution Accélération Réforme Réforme de Création de Réforme de Réforme du Autre de l'Impôt de production des l'assurance titres de séjour Pôle Emploi RSA sur les d’énergies retraites chômage pour les métiers Sociétés renouvelables en tension *CVAE : Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 31

Graphique 29 Q : Quel est votre sentiment par rapport à la dette publique ? 1% 3% 13% 31% 24% 48% Très confiant 45% Confiant Neutre 19% Inquiet 17% Très inquiet 2021 2022 L’attractivité des régions de France : Paris et sa région demeurent largement en tête L’attractivité de la France se joue aussi au niveau régional. Les facteurs déterminants dans le choix d’une région sont : la localisation géographique, la qualification et la disponibilité de la main- d’œuvre, la qualité des infrastructures et le dynamisme économique. Il est à noter qu’en 2022, la « qualification et la disponibilité de la main-d’œuvre » passe de la quatrième à la deuxième position. Les 10% des répondants ayant mentionné « Autre » indiquent que le choix de leur région découle d’une implantation historique. Graphique 30 Q : Pour vous implanter dans ces régions, quels ont été les (maximum) 3 facteurs les plus déterminants ? 62% TOUTES RÉGIONS CONFONDUES 34% 33% Implantation historique, 28% rachat de site existant, proximité d’un hub … 11% 10% 7% 7% Localisation Qualification et Qualité Dynamisme Qualité du Coût Aides Autre géographique disponibilité de des économique cadre de vie d’implantation régionales la main-d’œuvre infrastructures ème 32 23 édition Baromètre AmCham-Bain

Graphique 31 Q : Dans quelle(s) région(s) française(s) votre entreprise est-elle implantée* ? 75% 28% 20% 19% 16% 10% 8% 6% 4% 2% 2% 1% 1% Île-de- Hauts-de- Provence-Alpes- Occitanie Pays de Outre-mer Nouvelle- France France Côte d'Azur la Loire Aquitaine Auvergne- Grand Normandie Bretagne Bourgogne- Centre-Val Rhône-Alpes Est Franche-Comté de Loire La région Ile-de-France demeure la région dans laquelle le plus d’entreprises de répondants sont implantées, avec 75% des réponses, soit plus que le cumul des 3 régions suivantes. Cela témoigne de la prépondérance de Paris et ses environs dans l’économie française, dont l’insertion dans les circuits de la mondialisation favorise l’attractivité française (hub international de Roissy-Charles de Gaulle, concentration des profils les plus diplômés, etc.). La région Auvergne-Rhône-Alpes s’inscrit ème en seconde position (4 en 2021, 28% des réponses), puis viennent les Hauts-de-France (20%) qui complètent le podium. Ces trois régions disposent d’une situation géographique avantageuse (à la frontière avec le Bénélux pour les Hauts-de-France et sur l’axe Nord-Sud européen pour l’Auvergne- Rhône-Alpes). Cette localisation géographique est renforcée par un réseau d’infrastructure mature, une main-d’œuvre qualifiée ainsi qu’une économie dynamique. Graphique 32 Q : Pour vous implanter dans ces régions, quels ont été les (maximum) 3 facteurs les plus déterminants ? Î L E-DE-FRANCE AUVERGNE-RHÔNE-ALPESHAUTS-DE-FRANCE 73% 51% 55% 40% Présence des Principalement Implantation historique, 35% 35% aéroports et des acquisitions ou rachat de site existant, pouvoirs publics 31% implantation historique proximité d’un hub … 29% 28% 28% 23% 20% 17% 14% 14% 11% 11% 10% 6% 4% 6% 3% 3% n e e e s e n e e e s e n e e s 0%e e Autr Autr Autr Localisatio géographiquMain-d’œuvreQualité desDynamismeéconomiquQualité ducadre de viLocalisatio géographiquDynamismeéconomiquMain-d’œuvreQualité desQualité ducadre de viLocalisatio géographiquQualité desMain-d’œuvreDynamismeéconomiquQualité ducadre de vi infrastructuresCoût d’implantationAides régionale infrastructuresCoût d’implantationAides régionale infrastructuresCoût d’implantationAides régionale * Aucune entreprise des répondants n’est implantée dans les régions absentes de ce graphique. En pourcentage des entreprises répondantes. ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 33

Ces trois régions – Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes et Hauts-de-France – ont toutes vu leur image progresser aux yeux des répondants. L’Ile-de-France passe de 36% de satisfaction en 2021 à 47% en 2022, l’Auvergne-Rhône-Alpes passe de 21% à 41% – avec les opinions négatives passant de 5% à 0%, quand les Hauts-de-France passent de 57% à 60% de satisfaction (dont près de la moitié étant « très satisfaits »). Graphique 33 Q : Êtes-vous satisfaits par la politique et les actions menées en matière d’attractivité par la région ? Î L E-DE-FRANCE AUVERGNE-RHÔNE-ALPESHAUTS-DE-FRANCE 2% 1% 2% 3% 5% 4% 43% 36% 48% 58% 59% 74% 32% 35% 44% 35% 28% 16% 22% 28% 8% 3% 5% 6% 2021 2022 2021 2022 2021 2022 Très positif Positif Neutre Négatif Très négatif ème 34 23 édition Baromètre AmCham-Bain

ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 35

Recommandations de l’AmCham Malgré les réformes entreprises depuis six ans par le gouvernement et perçues outre-Atlantique comme de puissants vecteurs d’attractivité de la France en Europe, la sortie de la pandémie de Covid-19, suivie par le conflit en Ukraine, promoteurs d’inflation et de pénuries de matières premières, mettent en exergue le facteur humain et l’impérieuse nécessité de poursuivre les réformes sociales, et ce malgré l’intervention soutenue des banques centrales et de la résilience des entreprises, qui ont permis d’éviter une véritable crise économique. Voici les cinq recommandations portées par l’AmCham France au regard des résultats du Baromètre de cette année : 1. Repenser dans le temps et dans leurs ambitions les filières d’éducation et de formation du pays, tout en promouvant la complémentarité des générations et l’égalité des accès à certains métiers La pénurie de main-d’œuvre constitue aujourd’hui une source de préoccupation majeure pour les entreprises américaines en France, dont une majorité estimait subir d’importants problèmes de disponibilité salariale en 2022, situation qui ne fera que s’aggraver en 2023. Déficit mondial de main- d’œuvre depuis la reprise d’activité post-Covid, manque cruel de compétences dans certains secteurs clés, compétitivité accrue entre pays européens pour attirer les talents : s’il résulte de cela une baisse soutenue du chômage en France, il faut également être attentif aux tensions sur le marché du travail. L’accès et la formation aux métiers du numérique apparaissent comme des enjeux majeurs pour l’attractivité de la France, alors que 60 % des employés (tous secteurs) n’ont aujourd’hui pas les compétences requises pour accompagner la transition numérique de leur entreprise et que d’ici 2030, 1,5 million de talents numériques manqueront à la France pour répondre à ses propres besoins. Dans ce contexte, l’AmCham France soutient les efforts du gouvernement en vue de cibler et de calibrer les filières de formations vers les métiers de demain, et ceux en carence aujourd’hui dans le pays. Elle recommande par ailleurs aux pouvoirs publics de capitaliser sur l’excellence du système de formation professionnelle afin de déployer massivement des formations accessibles au plus grand nombre, en commençant par les secteurs les plus touchés, comme le numérique ou la transition énergétique. L’AmCham France incite également le gouvernement à diversifier davantage les profils et milieux socio-professionnels auxquels s’adressent ces formations, à poursuivre ses efforts en matière d’égalité hommes-femmes, à favoriser l’accès aux métiers dits STEM (Sciences, Technologie, Ingénierie et Mathématiques) pour les jeunes femmes, à reconsidérer l’emploi des seniors (adressé par la réforme des retraites avec un cumul retraite/emploi plus attractif, ou encore l’Index Senior) et à travailler en collaboration plus étroite avec les entreprises et organismes de formation privés, afin d’accompagner efficacement ces enjeux de disponibilité et de compétence de la main d’œuvre. Actuellement au cœur de l’actualité politique en France, le report de l’âge de départ à la retraite et certaines mesures proposées par le gouvernement dans sa réforme des retraites doivent également être considérés à la lumière des enjeux de main d’œuvre, de maintien et transmission des compétences et de diversification des profils. ème 36 23 édition Baromètre AmCham-Bain

L’AmCham France recommande également d’investir dans un environnement d’accueil plus attractif pour les talents étrangers, en renforçant notamment significativement les offres éducatives et académiques (par le développement de plus d’écoles internationales bilingues, entre autres) et la coopération entre universités et écoles d’enseignement supérieur françaises et américaines. 2. Persévérer dans la mise en œuvre de réformes économiques et sociales ambitieuses Bien que les entreprises américaines aient largement plébiscité les mesures de soutien et de relance mises en place au plus fort de la crise sanitaire (cf. Baromètre 2022), tout comme celles destinées à limiter l’impact de la crise énergétique sur les entreprises, celles-ci considèrent néanmoins le niveau d’endettement du pays comme un réel facteur d’inquiétude. Certaines mesures récentes comme la baisse des impôts démontrent que des efforts ciblés de compétitivité renforcent l’économie et la prospérité du pays ; ces efforts doivent toutefois s’accompagner d’une gestion plus saine et ordonnée du train de vie de l’Etat. Alors que la réforme sur le travail et sur l’assurance chômage est prévue au printemps, l’AmCham France invite les pouvoirs publics à travailler prioritairement sur les leviers permettant une réduction drastique du coût du travail et une plus grande flexibilité de la durée du travail. De telles mesures renforceraient l’attractivité du pays, et accompagneraient utilement sa réindustrialisation. Il semble que la complexité et le coût des procédures de licenciement reviennent sur le devant de la scène. La motivation du licenciement économique sur le territoire français, à l’exclusion de la prise en compte de difficultés mondiales, ou la conjonction du Contrat de sécurisation professionelle (CSP) et du Congé de reclassement en fonction de la taille de l’entreprise, sont source de complexité souvent mal comprise. Il en va de même de la Loi Hamon lors des cessions d’entreprises. Une harmonisation ou une simplification de ces régimes serait bienvenue. L’AmCham France encourage également les pouvoirs publics à poursuivre et accélérer la dynamique de réduction des impôts de production initiée en 2021, largement plébiscitée par les investisseurs : malgré leur réduction, les charges de production en France demeurent toujours trois fois plus élevées que dans d’autres pays européens comme la Suisse ou l’Allemagne, et nuisent à l’attractivité du pays. L’AmCham France insiste par ailleurs sur l’importance de rassurer les investisseurs quant à la stabilité de la fiscalité directe des entreprises (Impôt sur les Sociétés). 3. Accélérer la réindustrialisation de la France en particulier sur les marchés du numérique, de l’énergie et de la R&D, qui représentent de forts potentiels d’activités pour les investisseurs américains L’écosystème d’innovation français est plébiscité par les investisseurs américains. Il faut capitaliser sur celui-ci ! En 2022, le gouvernement a fait de la réindustrialisation de la France une de ses priorités. L’AmCham France se félicite du lancement de mesures phares comme le plan France Relance, le projet de loi Industrie Verte ou encore le plan d’investissement pour soutenir une stratégie nationale d’Intelligence Artificielle, lesquelles vont activement contribuer à redynamiser l’industrie française et les filières d’avenir. ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 37

Face aux enjeux économiques et géopolitiques de la réindustrialisation et du rapatriement de certains métiers stratégiques, l’AmCham France invite les pouvoirs publics à accélérer la mise en œuvre et le déploiement de ces mesures afin de conforter les choix d’investissements passés et à venir, ouvrir de nouvelles filières d’activités porteuses pour les entreprises, donner confiance dans des opportunités d’investissements pérennes et se démarquer de ses voisins européens. Dans ce contexte, l’AmCham France recommande notamment de multiplier les efforts visant à accompagner la transition numérique des territoires et des entreprises, en particulier des TPE, PME et ETI, les plus démunies face aux enjeux du numérique. À ce titre, l’AmCham recommande de soutenir massivement le plan du gouvernement visant à former plus de 400 000 personnes aux emplois du numérique d’ici 2030, en capitalisant notamment sur l’ensemble des initiatives privées et publiques et en soutenant les partenariats public-privé (entreprises, écoles/universités, associations, pouvoirs publics …). L’AmCham soutient la volonté de la France d’être la première grande nation à sortir des énergies fossiles en développant une économie décarbonée et pérenne. Le projet de loi relatif à l’accélération de la production d’énergies renouvelables, ainsi que l’annonce de la construction de six nouveaux réacteurs nucléaires engagent la France vers cet objectif ambitieux. La France doit faire valoir ses atouts uniques en matière de disponibilité d’énergie décarbonée à bas coûts, en sortant des mécanismes pénalisants de compensation, ou à tout le moins en trouvant aussi des solutions pérennes de réduction du prix de l’énergie pour les entreprises. Enfin, l’AmCham souligne que ces objectifs ne pourront être raisonnablement tenus sans un investissement massif dans la recherche et l’innovation : en 2019, 65% des dépenses de R&D étaient effectuées par les entreprises elles-mêmes1 et en 2020, la France se situait derrière la Chine, les États- Unis et l’Allemagne dans le classement des dépenses nationales en R&D2. L’AmCham France invite les pouvoirs publics à capitaliser sur l’extraordinaire vivier d’innovations en matière d’économie décarbonée en France, et à en faire un pôle d’attractivité puissant pour le pays. 4. Promouvoir davantage l’attractivité des régions et des métropoles L’attractivité de la France repose en grande partie sur celle de ses territoires et de leurs spécificités économiques, géographiques, sociales ou culturelles. C’est grâce à la conjugaison de l’ensemble des politiques d’attractivité mises en place au niveau national et local que la France peut se targuer d’être depuis de nombreuses années sur la première marche du podium des pays européens les plus attractifs pour les investisseurs étrangers. L’AmCham France recommande d’accompagner cet effort collectif en renforçant substantiellement la collaboration entre l’Etat, les conseils régionaux, les agences de développement économique, les consulats et l’ensemble des acteurs œuvrant à la promotion de leur territoire, qui souvent se trouvent en opposition pour des raisons purement politiciennes. 1 https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/sites/default/files/2022-01/nf-sies-2022-01-15901.pdf 2 https://www.insee.fr/fr/statistiques/3281637?sommaire=3281778#consulter ème 38 23 édition Baromètre AmCham-Bain

La mise en avant coordonnée de “hubs” spécialisés et complémentaires au sein des territoires et la collaboration entre ces hubs renforceraient l’attractivité des régions et des métropoles tout en répondant mieux aux besoins et aux attentes des investisseurs. Les entreprises américaines plébiscitent le dynamisme des régions ; une plus forte collaboration entre l’Etat et ses territoires serait force d’attraction pérenne. 5. Poursuivre et accélérer le chantier de simplification administrative afin de ramener la France à un niveau de compétitivité équivalent à celui de ses voisins européens La lourdeur et la complexité des procédures administratives en France, dont les délais excèdent largement ceux de la plupart de ses voisins européens, font figure d’irritants structurels, du point de vue des investisseurs américains et des acteurs présents sur le territoire. L’AmCham France reconnaît les efforts du gouvernement en la matière, notamment au travers de la loi ASAP (Accélération et Simplification de l’Action Publique), qui a élargi le pouvoir de dérogation des préfets pour le démarrage de certains travaux, ou encore grâce au dispositif national sites industriels clés en main de la Banque des Territoires facilitant l’installation de nouvelles activités en France. L’annonce récente du projet de loi sur l’industrie verte, visant à accélérer l’implantation de nouveaux sites industriels et inciter à la décarbonation au travers de mesures fiscales, réglementaires et législatives sont également des signaux très positifs. Ce sujet reste néanmoins un critère décisif dans les choix d’investissements américains et nécessite des solutions concrètes et de court terme, relayées et promues largement par les autorités publiques auprès des investisseurs. L’AmCham France recommande de faire de cet enjeu une priorité centrale et s’engage à accompagner le gouvernement dans la promotion des initiatives et mesures mises en place auprès de la communauté des affaires franco-américaine. Il convient toujours de mettre fin aux initiatives de surtransposition des directives européennes, qui ont un effet dévastateur en matière d’attractivité comparative avec les autres pays membres, et ceci de manière durable car fortement ancré dans l’imaginaire collectif des investisseurs outre-Atlantique. Il convient également de faciliter et de mieux accompagner l’arrivée et l’installation de collaborateurs expatriés ou détachés des entreprises s’installant en France et de leurs familles (démarches administratives, accompagnement, intégration…). Il s’agit de talents, facilitant l’implantation de nouvelles industries et de passation des savoirs. Ainsi, en conjuguant ces efforts avec les quatre autres recommandations de l’AmCham France, nous pourrions revoir l’installation de sièges Européens qui avaient déserté le pays au profit du Royaume- Uni (maintenant affaibli par le Brexit), de l’Irlande ou de la Belgique. ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 39

Méthodologie et profil des investisseurs américains interrogés La première enquête sur le moral des L’échantillon des entreprises répondantes est investisseurs américains en France a été publiée équilibré et représentatif, tant par la taille des par l’AmCham en 1995. Avec la collaboration de entreprises que leur secteur d’activité et leur Bain & Company, le Baromètre est devenu un implantation géographique en Ile-de-France ou rendez-vous annuel dès 1999. en région : il compte 34% d’entreprises de plus Le Baromètre AmCham-Bain, qui en est à sa de 1 000 salariés en France, 41% d’entreprises ème entre 100 et 1 000 salariés et enfin 26% 23 édition en 2023, répond à 3 objectifs : d’entreprises de moins de 100 salariés. • Mesurer d’une année sur l’autre le moral des Le secteur le plus représenté est celui investisseurs américains en France et leur de l’industrie pharmaceutique (12% des perception de l’environnement économique répondants) à égalité avec celui des études/ • Comprendre les forces et faiblesses de la conseil (12%), suivis des entreprises spécialisées France pour les investissements américains en informatique (10% des répondants) et ainsi que les « stimulants » et « irritants » de en industrie lourde (9%). Les secteurs des la vie en France pour les salariés américains transports, de la chimie/parachimie et du tourisme composent chacun 7% de l’échantillon. • Recueillir l’opinion des investisseurs Parmi les autres secteurs représentés, nous américains sur des sujets qui font l’actualité pouvons citer l’agroalimentaire, l’électronique, économique en France, dont l’impact l’énergie et le conseil juridique. La typologie de l’inflation et du contexte géopolitique des répondants est indiquée dans le graphique de 2022 ci-dessous. En décembre 2022 et janvier 2023, un Elle comporte principalement des dirigeants : questionnaire a été partagé auprès des présidents et directeurs d’entreprises (39% de dirigeants de la plupart des filiales françaises l’échantillon) ou d’autres membres de comités de sociétés américaines. de direction (43%). Nous avons recueilli 135 réponses de sociétés représentant au total plus de 75 000 employés en France et plus de 70 milliards d’euros de chiffre d’affaires en France. ème 40 23 édition Baromètre AmCham-Bain

Graphique 34 Graphique 35 Segmentation de l’échantillon par Segmentation de l’échantillon par secteur d’activité nombre de collaborateurs en France Autre 13% Bâtiment/Travaux publics 1% Immobilier 1% Textile/Habillement 1% Industrie aéronautique 1% > 1 000 Commerce/Distribution 1% 34% Banque/Assurance 2% Conseil juridique 2% Énergie, pétrole et gaz 4% Électronique/Electricité 5% Agroalimentaire 6% 501-1 000 Tourisme/Loisirs 7% 15% Chimie/Parachimie 7% Transports/Logistique 7% 101-500 26% Industrie lourde 9% Informatique 10% 0-100 Études et conseil 12% 26% Industrie pharmaceutique 12% Graphique 36 Typologie des fonctions des répondants 39% 43% 10% 9% Président Autres Relations Autre et Directeur Général Directeurs institutionnelles ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 41

A Propos A propos de l’AmCham en France A propos de Bain & Company L’AmCham France a été fondée en 1894 pour Bain & Company est le cabinet de conseil promouvoir les échanges économiques entre la international qui accompagne les dirigeants France et les États-Unis. En tant que plateforme ambitieux pour transformer leurs entreprises en de rencontre, de réflexion et d’échange, pionnières du monde de demain. l’AmCham France agit comme un trait d’union À travers 64 bureaux dans 39 pays, nous entre les milieux politique, économique et faisons équipe avec nos clients autour d’une académique. ambition commune : atteindre des résultats Elle regroupe aujourd’hui des entreprises exceptionnels qui leur permettent de dépasser françaises et américaines ainsi que de nombreux la concurrence et de redéfinir leur secteur. partenaires académiques et économiques En appui de nos expertises intégrées et des deux bords de l’Atlantique. Indépendante personnalisées, nous proposons aux entreprises de tout gouvernement, et convaincue que l’accès à un écosystème dynamique qui les entreprises ont un rôle crucial à jouer rassemble les acteurs du digital et de la pour faire émerger de nouvelles idées dans technologie les plus innovants. Grâce à cette le débat public, elle est force de propositions approche, les résultats obtenus par nos clients pour répondre aux grands défis sociétaux et sont supérieurs, plus rapides et plus durables. économiques. Depuis la fondation de Bain & Company en A ce titre, l’AmCham France s’attache 1973, nous mesurons notre succès à l’aune de principalement à renforcer l’attractivité de la celui des entreprises qui nous font confiance : France. Elle œuvre ainsi auprès des décideurs nous sommes fiers de bénéficier du taux de publics pour développer et consolider recommandation le plus élevé de notre secteur un environnement français favorable aux du conseil. entreprises étrangères, et notamment A travers notre engagement d’investir plus américaines, qui sont les premiers investisseurs d’un milliard de dollars sur 10 ans dans des et employeurs étrangers en France. activités bénévoles, nous mobilisons nos talents, ressources et expertises auprès d’associations et organismes à but non lucratif pour répondre aux défis urgents qui s’imposent en matière d’éducation, d’équité raciale et sociale et de développement économique et environnemental. ème 42 23 édition Baromètre AmCham-Bain

ème 23 édition Baromètre AmCham-Bain 43

AmCham France 77 rue de Miromesnil 75008 Paris, France www.amchamfrance.org +33 1 56 43 45 67 Bain & Company 25 avenue Kléber 75116 Paris, France www.bain.com +33 1 44 55 75 75 ème 44 23 édition Baromètre AmCham-Bain

Next in

Next in